Le Beau Romans 2016

  • Le beau Romans est une saison culturelle intégrée au projet d’établissement du Centre Médical de Rééducation Pédiatrique Romans Ferrari.

    Organisée tout au long de l’année sous forme d’une douzaine de cycles d’une durée de sept à quinze semaines, celle-ci propose à des enfants hospitalisés de 0 à 20 ans des ateliers de pratique artistique, porte ouverte sur d’autres horizons, culturels et émotionnels.

    Ainsi, chaque année, Romans Ferrari accueille des artistes professionnels en résidence au gré des thématiques et disciplines artistiques proposées. Leur mission : faire découvrir, écouter, voir, sentir, appréhender par tous les sens l’univers culturel contemporain au travers de tous modes et champs artistiques imaginables : musique, théâtre, photographie, sculpture, danse, peinture, cinéma, nouveaux médias,…

    Le beau Romans reçoit le soutien des villes de Villars-les-Dombes, Miribel et du conseil départemental de l’Ain.

    Elle reçoit également le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Rhône-Alpes, de l’Agence Régionale de la Santé Rhône-Alpes et de la Région Rhône-Alpes, dans le cadre du programme régional « Culture et Santé ».

    Depuis juin 2006, le Centre Romans Ferrari et l’Académie de Cuivres en Dombes gèrent le comité local « Culture et Santé » de L’Ain.

  • Le comité de pilotage du Beau Romans va proposer aux 350 enfants accueillis au Centre Romans Ferrari 13 résidences d’artistes, du 1er janvier au 31 décembre 2016, d’une durée de 7 à 22 semaines et 2 grands événements en forme d’atelier de suite :

    1 - « Les oubliés de l’étagère », atelier création plastique avec Audrey Gessat, illustratrice, 2 groupes, petits et moyens (Ecole intégrée), 8 semaines de résidence. Exposition d’une collection de boîtes-vitrine en fin de résidence.

    2 - « Le roi de la jongle », atelier arts du cirque avec Christian Curty, E.T.A.C. Bourg-en-Bresse, 3 groupes, petits moyens et ados (Ecole intégrée), 7 semaines de résidence. 1 sortie extérieure et une petite forme publique.

    3 - « La lune de papier », atelier film d’animation avec Violaine Vergine, co-production M.O.P.A. 4 groupes, moyens et ados (groupes de vie) et moyens et ados (Ecole Intégrée) 12 semaines de résidence, création et diffusion d’un DVD.    

    4 - « B.O. », atelier composition musicale et bruitage de bande-son de films d’animation avec Charlie Adamopoulos, Cie Le Piano Ambulant, et Antoine Colonna, Cie Bass Tension, co-production M.O.P.A., 2 groupes, moyens et ados (Ecole Intégrée), 7 semaines de résidence, création et diffusion d’un DVD.

    5 – « 1er Festival du film d’animOtion », restitution en forme d’atelier ouvert autour des films, suivi de la présentation en sélection officielle des films réalisés par les jeunes de RF et par les étudiants de la MOPA. Palmarès et remise de prix, Centre Culturel l’Allegro de Miribel.  

    6 - « Pourquoi pas… », atelier danse Hip Hop avec Ali-Bey Ghenai, Cie Artime, projet croisé avec la PJJ (UEMO Vénissieux), Auditorium de Lyon, Cie Pokemon Crew, groupes des moyens et ados (Ecole intégrée). 7 semaines de résidence, 2 sorties extérieures, spectacle fin de résidence + spectacle « Les Humanoïdes », tout public, fête de l’été ouverte au public. 

    7- « Le chant du roseau » atelier danse, expression corporelle et musique avec Bérangère Valour (danse) et Luka Mariani, Cie MÂ, groupe des ados (Ecole intégrée), 7 semaines de résidence. Représentation publique d’une petite forme dansée en fin d’atelier.

    8 - « Comme à la maison », atelier chanson et musique avec Petrek, groupes des petits et des moyens (Ecole ou Groupe de vie). 7 semaines de résidence. Représentation publique d’une petite forme musicale et chantée en fin d’atelier.

    9 – « Mur-mure», atelier peinture-tag en street art, avec Blandine Mingret, groupe des 3RA, 7 semaines de résidence. Exposition d’une fresque en puzzle en fin d’atelier.      

    10 - « Mélodie en couloir », atelier danse et création plastique avec Bérangère Valour, Cie MÂ et Stéphanie Gallagher, groupe 3RE, 7 semaines de résidence. Expo-Show case en fin d’atelier.  

    11 - « Plume d’étoile », atelier expression corporelle avec Bérangère Valour, Cie MÂ, groupe du SAS, 10 semaines de résidence. Représentation publique d’une petite forme dansée en fin d’atelier.

    12 - « Eclats boréales » atelier sculpture terre et céramique avec Marie-Agnès Branchy, groupes post aigu et moyens (Ecole ou groupe de vie). 7 semaines.

    13 - «La rivière d’argent », atelier création d’un livre de contes, avec Flavie Labouré, groupe des 3-6, 10 semaines de résidence.

    14 – « La petite boîte à musique de Mlle Mandrinot » atelier musiques et chansons, avec Estelle Fougeirol groupe des 0-3, 22 semaines de résidence.

    15 – «  Eyes in the Eyes » présentation publique du DVD et projets de suite, show-case, rencontres avec jeune public du territoire de la CCMP.

  • Déclaration de politique culturelle, historique

    En 1997, un partenariat est mis en place entre l’association gestionnaire Romans Ferrari et l’Académie de Cuivres en Dombes. Les 2 premières années, des spectacles et concerts sont organisés sur le site du centre Romans Ferrari.

    Dès 1999, le projet prend de l’ampleur : une saison d’inclusion culturelle est organisée, « le Romans d’Orphée ». Son principe est l’implication des enfants et des personnels éducatifs et soignants dans cette démarche culturelle, portée par des professionnels invités par l’Académie de Cuivres en Dombes. La participation active des enseignants de l’école spécialisée du centre est également sollicitée. Cette opération est financée grâce aux soutiens de plusieurs institutions : mairies, conseil général, conseil régional, ministère de la culture.

    En 2002, l’ARHRA et la DRAC lancent un appel à projet aux établissements. Le centre y répond, en proposant de développer et donner une nouvelle dimension au projet existant déjà : le nombre d’interventions est doublé. Ce projet est retenu et sera soutenu sur les trois années de la convention «Culture à l’hôpital». A ce stade, et vu le développement de cette action, le centre nomme M Philippe Constant, référent culturel du centre Romans Ferrari. 

    Politique actuelle

    Elle repose sur les fondements suivants :

    Un partenariat associatif en forme de jumelage : c’est la mise en commun des idées et des moyens de deux associations en Dombes (l’association gestionnaire de Romans Ferrari et l’Académie de Cuivres en Dombes) qui a permis de créer une action auprès des enfants malades, ce qui lui confère une qualité particulière. Le centre Romans Ferrari souhaite conserver cette structure basée sur la vocation.

    Un référent culturel, choisi pour sa compétence dans le domaine culturel. Sa position de partenaire (sans lien de subordination) est un atout dans le développement de l’action auprès des publics ciblés.

    Une action culturelle au sein de l’établissement avec des objectifs fixés pour chaque action qui sont :

    Organiser des événements culturels accessibles aux enfants et aux familles ;

    Solliciter la participation des patients, en organisant des ateliers de pratique artistique ; 

    Stimuler la participation des personnels qui s’occupent des enfants ;

    Découvrir de nouvelles pratiques culturelles, ouvrir les enfants à d’autres formes d’expression ;

    Créer un lieu et un temps où la relation entre les personnels et les enfants prend une dimension nouvelle et une qualité différente ;

    Intégrer l’action culturelle dans la vie de l’établissement : information de l’ensemble des salariés du déroulement de l’action culturelle, par le biais du journal d’information hebdomadaire « Rouge et Vert », mais aussi par la présentation du résultat du travail en atelier (exposition de photos faites par les enfants, CD, peintures, etc.).

    Le centre Romans Ferrari a déménagé en 2007 sur la commune de Miribel. Cet événement a constitué un bouleversement pour les patients comme pour les personnels. La programmation des saisons culturelles a tenu compte de cette donnée, et en a fait un vecteur d’accompagnement au changement : le travail a porté sur l’aspect symbolique, permettant à chacun d’y trouver un lieu d’expression particulier. L’objectif a été de donner du sens aux lieux et au changement de lieux. L’arrivée dans une commune urbaine disposant de structures culturelles accessibles a permis d’ajouter un objectif supplémentaire à ceux présentés plus haut : l’ouverture de l’établissement sur la ville.

    Les différents cycles triennaux (Le cycle 2016-2018 sera le 4ème) ont été consacrés à l’élaboration de projets croisés avec l’ensemble des publics présents sur ce nouveau territoire, prenant la forme de coproductions avec les équipements culturels du territoire – centre culturel l’Allégro, office culturel de Miribel, académie de musique de Miribel etc. -, mais aussi de projets partagés, de résidences communes dans le cadre d’une programmation ouverte avec les établissements à vocation pédagogique et/ou éducative, sur le territoire de Miribel et de la Communauté de Commune de Miribel Plateau.

    Le 4ème cycle sera de la même veine : une chance.

  • Historique

    L'association «Comité d’aide aux personnes traumatisées et handicapées» est créée en 1921 à Châteauroux (à l’époque sous le nom de «Comité de défense contre la tuberculose et les maladies des voies respiratoires pour le département de l’Indre»). Elle est reconnue d’utilité publique en 1926 par le Président Doumergue et gère alors le centre antituberculeux de l’Indre.

    En 1926, l’association reçoit de l’héritière du Comte Romans Ferrari, dernier du nom, le château et les terres environnantes situés sur la commune de Romans (01) pour y soigner les jeunes tuberculeuses de l’Indre. Un préventorium y est ouvert. Quelques années après la guerre, avec la disparition progressive de la maladie, il est décidé de reconvertir le site en centre de rééducation fonctionnelle : en 1966, de nouveaux locaux sont construits à cet effet dans l’enceinte du château.

    Dans les années 1980 et 1990, le centre se spécialise dans les soins aux enfants grands brûlés, traumatisés crâniens et polytraumatisés.

    En 2001, le schéma d’organisation sanitaire lui trace une nouvelle voie : le transfert en proximité de Lyon pour mieux répondre aux attentes des patients.

    En 2001, parallèlement au projet de transfert du centre de rééducation l’association démarre le SMAEC (Service Mobile d’Accompagnement d’Evaluation et de Coordination). Il s’agit d’un Centre Ressources pour Enfants et Adolescents présentant des Lésions Cérébrales Acquises).

    Le SMAEC intervient pour des enfants et adolescents avec lésion cérébrale non congénitale, âgés de 2 à 20 ans, domiciliés en Région Rhône Alpes. Evaluation – coordination – accompagnement de l’enfant, de sa famille et des partenaires face aux difficultés d’adaptation sociale et scolaire. Par sa spécificité, le SMAEC poursuit de plus des missions de service public visant à améliorer durablement la situation des enfants cérébraux-lésés.

    En 2007 : Le Centre Médical de Rééducation Pédiatrique Romans Ferrari déménage sur la commune de Miribel (01) aux portes de Lyon pour se rapprocher des hôpitaux lyonnais.

    Création d’un FAM Romans Ferrari (Foyer d’Accueil Médicalisé) pour adultes polyhandicapés sur le site de Romans (01).

    Nos valeurs fondamentales : prendre soin de l’autre : l’enfant, le patient, le résident avant tout, le travail et la persévérance, inventer, innover, s’adapter, la non lucrativité : gérer rigoureusement, parce que l’argent est un moyen pour mieux prendre soin.

     

    Le Centre Romans Ferrari en 2016

    Le Centre Romans Ferrari est agréé pour recevoir en soins de réadaptation fonctionnelle des enfants et adolescents de 0 à 20 ans.

    Ces patients, pour la plupart, ont été victimes d’accidents graves sur la voie publique, accidents de la circulation ou accidents domestiques.

    Atteints de polytraumatismes, de traumatismes crâniens, de brûlures graves, ils suivent un programme de soins qui intègre kinésithérapie, psychomotricité, ergothérapie, orthophonie, appareillage, couture, soins médicaux et infirmiers.

    Ils sont traités en hospitalisation complète ou ambulatoire si la distance Centre-domicile le permet.

    Des hospitalisations mère-enfant peuvent être envisagées pour les plus jeunes.

    Pendant la durée de leur traitement, de quelques semaines à plusieurs mois, voire des années, les enfants bénéficient d’une scolarité et d’un encadrement éducatif adaptés à leurs besoins et handicap.

    Cette scolarité vise avant tout la réinsertion du jeune accidenté dans son milieu scolaire antérieur.

Vous avez bien été ajouté à la newsletter !

Et recevez nos newsletters !